Spiritualié des Indiens des Plaines

 A PROPOS DE LA SPIRITUALITÉ LAKOTA… 



Texte: Maurice Rebeix
Dans la civilisation des Indiens des Plaines, comme au sein de la plupart des sociétés premières, culture et spiritualité sont indissociables. Chaque production artisanale, chaque expression artistique, chaque objet, chaque geste et acte du quotidien est imprégné d’une dimension spirituelle. Ceci est d’autant plus vrai pour les Lakotas qui, pourtant confrontés à la plus grande des adversités, parvinrent à ce que leur culture survive et avec elle la spiritualité qui lui est associée. Devenue pan-indienne, la spiritualité lakota s’est désormais répandue à d’autres tribus dont le propre héritage fut abîmé ou détruit par l’arrivée des blancs. Bien plus encore, cette spiritualité s’est propagée au delà des réserves, au-delà même de la terre indienne.

Parmi les Lakotas, la question de l’accès des non-indiens aux rites fondamentaux de leurs ancêtres constitue un sujet de controverse. Certains s’y opposent farouchement et il est bon de savoir écouter leurs arguments. D’autres, beaucoup de ceux que je fréquente régulièrement, et parmi eux, beaucoup d’anciens et de « traditionalistes », considèrent que la sacralité de ces voies interdit de pouvoir en bannir quiconque. Ceux-là acceptent donc la participation de non-indiens à leurs cérémonies. Ils ouvrent ainsi leur porte au reste du monde dans un esprit de paix et d’harmonie, en accord avec la formule cérémonielle qui est au cœur de toutes leurs rituels : Mitakuye Oyasin ! – A toutes mes relations ! Mais, avant de s’engouffrer sans égards par cette porte ouverte, il faut se rappeler que, comme son nom l’indique, la Spiritualité Lakota est la propriété des Lakotas et des seuls Lakotas. Qu’ils en sont les uniques détenteurs légitimes, les seuls à pouvoir clamer que cette religion fut celle de leurs ancêtres.
J‘ai une implication personnelle avec le Monde Spirituel Lakota et avec le cercle de la Danse du Soleil où se déroule le rite le plus sacré, le plus fondamental des Sioux Lakotas. Depuis 13 ans, je suis un Danseur du Soleil à cette Sundance. Quiconque se rend à la Sundance du Chef Crow Dog, sur la réserve Sioux de Rosebud peut mentionner mon nom et vérifier la véracité de mes dires auprès des Chefs, Leaders et personnes de la communauté présentes. Année après année, mes amis des réserves continuent de m’exprimer cordialement leur satisfaction de me voir prendre ainsi part, à leurs cotés, à cette célébration si importante pour eux.Le Chef Lakota Archie Fire Lame Deer est l’un de ceux qui a le plus oeuvré à ce que, selon la vision qu’il reçut, les voies de ses ancêtres se répandent Makazitomnyan – tout autour de la terre. Je l’ai bien connu. J’ai voyagé avec lui en Europe et dans le Dakota du Sud. J’ai appris de lui, j’ai aussi passé quelques inoubliables moments en sa compagnie. Au bout de la route, j’étais du nombre de ceux qui ont porté son cercueil jusqu’au lieu de son dernier repos, dans les Black Hills, « coeur de tout ce qui vit ». Aujourd’hui, mon épouse, ma fille et moi-même continuons de fréquenter sa famille. La femme, les enfants, les soeurs, les frères, les nièces, les neveux d’Archie Fire Lame Deer, tous nous connaissent, tous nous reçoivent. Chaque année, j’organise avec des amis, la visite en France de John Fire Lame Deer, fils aîné d’Archie. Avec l’aval de sa tribu et par la volonté de son père exprimée de son vivant, il est aujourd’hui le Chef Lame Deer. Nous l’accueillons tous les ans dans les Cévennes depuis de nombreuses années maintenant et on peut, si on le souhaite, me contacter à ce propos…

Je sais qu’ailleurs, sans honte, certains font du nom d’Archie Fire Lame Deer et de son image un usage abusif et illégitime, se réclamant de lui parfois sans même l’avoir connu. Mais que peut bien valoir alors ce qu’ils proposent si la fondation première en est le mensonge ?

Les moments de partages cérémoniels que nous vous offrons de vivre dans nos rencontres sont par essence identiques à ceux que vous pourriez vivre en terre indienne. Nous ne sommes guidés que par une seule règle : conserver les principes essentiels qui président à toute cérémonie lakota authentique c’est-à-dire la simplicité, le respect, l’attention pour l’autre et, plutôt que d’adapter ces voies au monde de l’homme blanc, à son consumérisme, savoir les préserver précieusement dans l’intégrité ancestrale dans laquelle elles nous furent confiées.

Mitakuye Oyasin
A toute mes Relations…
Article tiré du site: http://www.reveurs-de-tonerre.com de Maurice Rebeix



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s